Islam et non-violence : Jawdat Saʿïd, le Gandhi syrien

© Nasser D
© Nasser D

Par Florence Ollivry-Dumairieh, Syrie MDL , 26 août 2015

La sauvagerie et la terreur répandues par l’Etat Islamique et autres groupuscules prétendant tuer « au nom de l’islam » peuvent parfois engendrer dans nos esprits un amalgame équivoque entre « islam » et « violence ». Pourtant, l’existence de ces individus fanatiques ne doit pas nous faire méconnaître la richesse d’une tradition qui, au cours du dernier siècle, a également fécondé la réflexion de grands penseurs et réformateurs1.

Parmi eux, nous évoquerons ici la figure de Jawdat Saʿïd, celui que ses compatriotes ont surnommé le « Gandhi syrien », et qui, depuis les années 1960, a développé le concept de non-violence (lā ʿunf) en islam.Syrien d’origine tcherkesse, né en 1931 à B’ir ʿAjam, dans le Golan, Jawdat Saʿïd a étudié à Al-Azhar durant une dizaine d’années. De retour en Syrie, il est arrêté à plusieurs reprises pour ses activités intellectuelles et son activisme politique et se trouve finalement dépossédé du droit d’enseigner.

Laisser un commentaire